News & Events

  1. Lagerverkauf - Spring Sale 2021

    LAGERVERKAUF

    25.Mai - 29.Mai 2021

    -70% auf Segel- und Sommerbekleidung

    Dienstag - Freitag von 12:30 - 19:30 Uhr & Samstag von 10:00 - 14:00 Uhr

    Fraunhoferstraße 6 & Lena-Christ-Staße 44 in Planegg bei München.


    ACHTUNG: es gelten die aktuellen Covid19-Hygiene-Regeln wie FFP2 Maske, Abstandsregeln, Covid19-Test falls erforderlich, zahlenmäßig limitierter Zugang zum Gebäude und zu den einzelnen Räumen. Einlass nur mit Reservierung unter sale.marinepool.com

  2. 30 Jahre Marinepool

    Jubiläum. Vor genau 30 Jahren starteten junge bayerische Segler ein Unternehmen, das die nautische Branche ordentlich aufmischen sollte. Heute zählt Marinepool zu den arrivierten Marken, die Gründer Stefan Eberle und Robert Stark haben sich ihre Leidenschaft und schöpferische Dynamik aber bewahren können.

    Ob in der Liebe oder im Geschäft: Manche Partnerschaften zerbrechen, andere bleiben bestehen. Und dann gibt es Verbindungen mit Magie – sie erschaffen ein Ganzes, das mehr als die Summe seiner Teile ist. Mit dem Unternehmen Marinepool, das in so gut wie allen Bereichen der nautischen Branche fest Fußgefasst hat, ist Stefan Eberle und Robert Stark genau das gelungen.

    Als es im April 1991 aus der Wiege gehoben wurde, konnten die Gründer von so einem Erfolg nur träumen. Aber träumen war erlaubt. Die Jungs vom Ammersee, die eng miteinander befreundet waren und den Segelsport nicht nur liebten, sondern aktiv und erfolgreich in Klassen wie Starboot, Dyas oder Tempest ausübten, griffen unbekümmert nach den Sternen und dachten vieles neu, vergaßen darüber aber nie, hautnah am Kernthema zu bleiben. „Von Seglern für Segler“ lautete das Motto, das garantierte, dass die Funktionalität der Marinepool-Produkte bei allem Stil- und Sendungsbewusstsein nicht aus dem Fokus rutschte.

    Im Dezember 1991 kam die erste Containerladung mit handgenähten Bordschuhen aus Indonesien am Ammersee an, 1992 begann man damit, in China Taschen und Segelbekleidung fertigen zu lassen, 1995 wurde in Estland eine Fabrik für Rettungswesten eröffnet. Aktuell gibt es unter anderem Produktionsstandorte in Vietnam, Thailand, der Ukraine, Türkei, Portugal oder Italien. Marinepool erwirtschaftet einen Jahresumsatz von mehr als 25 Millionen Euro, beschäftigt rund 200 Mitarbeiterinnen und Mitarbeiter und hat im Katalog mehr als tausend unterschiedliche Produkte gelistet, died as gesamte Universum der nautischen Funktionskleidung und Mode umfassen. Schuhe werden übrigens bis heute in jener Fabrik und von jenem indonesischen Partner gefertigt, der den oben erwähnten ersten Container nach Deutschland schickte. Das steht beispielhaft für die Tugend der Loyalität, die von den Gründern seit drei Jahrzehnten bewusst gepflegt wird. Man sponsert Sportlerinnen und Sportler nicht nur, sondern begleitet sie auf ihrem Weg.

    Fairness ist ein zentraler Unternehmenswert und das gilt auch für die Zusammenarbeit mit den Geschäftspartnern in aller Welt. Das wissen diese zu schätzen, ebenso wie das reibungslose Funktionieren der Doppelspitze Eberle-Stark.

    Stark, der sich um Vertrieb, Marketing und Markenpflege kümmert, ist der extrovertierte Teil, ein begnadeter Kontakter und kreativer Netzwerker, der Marinepool etwa nach Dubai oder in den Oman gebracht und interessante Event-Formate entwickelt hat. Ihm ist es zu verdanken, dass die Firma heute rund um den Globus bekannt ist. Der Diplomkaufmann Eberle, der seinen Abschluss an der Ludwig-Maximilian-Universität in München gemacht hat, ist für die Bereiche Finanzierung, Controlling, Produktion (Schwerpunkt Segelbekleidung), Logistik sowie Vertrieb Key Account zuständig, fungiert als Analytiker und steigt auch ab und zu auf die Bremse.

    Das mag unspektakulär klingen, ist aber in Wirklichkeit eine Form der Lebensversicherung. Denn ein Gespann, in dem keiner bremst, fliegt früher oder später aus der Kurve …

    Weder Eberle noch Stark wurden übrigens vom Elternhaus finanziell unterstützt. Spielgeld von daheim gab es nicht, die beiden zogen alles aus eigener Kraft hoch und setzten stets eigenes Kapital ein. Bis heute befindet sich Marinepool in Privatbesitz und kommt ohne fremde Geldgeber aus. So soll es auch bleiben, denn so kann man flexibel bleiben und rasch auf Veränderungen am Markt reagieren – ein unschätzbarer Vorteil imVergleich zu den Mitbewerbern.

    Was erreicht wurde, ist beeindruckend. Und was wird die Zukunft bringen? Robert Stark sieht einen fundamentalen Wandel auf die Szene zukommen: Vertriebswege haben sich geändert, Branchenriesen machen lokale Händler systematisch kaputt. Darauf gilt es zu reagieren. Stefan Eberle hält sich mit Prognosen zurück, will vor allem den Ball im Spiel halten. Man sei bereit für Innovationen und könne sich auf mehrere Standbeine stützen. Das ist beruhigend: Auch wenn eines einknickt, fällt Marinepool nicht um.

  3. Flagship Store Click & Meet

    Wir sind wieder für Sie da!

     

    Der Marinepool Flagship Store bei München öffnet abhängig von den aktuellen Bestimmungen seine Türen zum Shoppen. 

    Sofern der Inzidenz-Wert eine reguläre Öffnung nicht zulässt, können Sie sich einen Termin reservieren und bequem shoppen.

    Alternativ können Sie auch alle Produkte aus dem Onlineshop in unseren Flagship Store liefern lassen und einfach per Click & Reserve abholen.

     

    Wir freuen uns Sie wieder in unserem Flagship Store begrüßen zu dürfen. 

  4. SAISONAUFTAKT 2021 - Deutsche Bundesliga eine Woche später

    SAISONAUFTAKT 2021 - Deutsche Bundesliga eine Woche später

    Der Auftakt der Deutschen Segel-Bundesliga 2021 wurde um eine Woche verschoben. Begründet wird dies mit den Bauarbeiten am Chiemseeer Hafen.

    Auf Grund der aktuell unklaren Corona-Lage und der daraus resultierenden Bestimmungen werden verschiedene Optionen für das Event geplant. Genauere Informationen folgen aber erst noch.

     

    Nichts desto trotz freut sich Marinepool auch dieses Jahr auf die Serie. Die Partnervereine sind bereits perfekt eingekleidet und warten nun, wie wir, gespannt auf den Start.

    Wir wünschen allen Mannschaften viel Erfolg und faire Rennen!

     

    Von Bis Ort Gastgeber Revier Liga
    07.05. 09.05. Prien am Chiemsee Chiemsee Yacht Club Chiemsee 1. und 2. Bundesliga
    14.05. 16.05. Überlingen Segel- und Motorbootclub Überlingen, Bodensee-Yacht-Club Überlingen Bodensee 1. und 2. Bundesliga
    16.07. 18.07. Kiel-Schilksee TSV Schilksee, Segler-Vereinigung Kiel und Segelclub Baltic  Ostsee 1. und 2. Bundesliga
    06.08. 08.08. Berlin Berliner Yacht-Club Wannsee 1. Bundesliga
    17.09. 19.09. Warnemünde Akademischer Segelverein Warnemünde, Warnemünder Segel-Club Ostsee 1. und 2. Bundesliga
    21.10. 23.10. Berlin Verein Seglerhaus am Wannsee Wannsee 1. und 2. Bundesliga
    06.11. 07.11. Berlin Potsdamer Yacht Club Wannsee DSL-Pokal
  5. Vendée Globe - Damien Seguin

    Vendée Globe - die härteste Regatta der Welt. 

    Die Route führt über 25.000 Seemeilen von der französichen Atlantikküste, um Cap Horn, Cap der guten Hoffnung und wieder zurück. Rund 80 Tage sind die Einhand-Segler auf sich alleine gestellt. Da die Herausforderungen so groß sind, war es bisher Seglern mit Handicap nicht gestattet an dieser Regatta teilzunehmen - bisher! 

    Der französiche Segler Damien Seguin wurde nur mit einer Hand geboren. Doch anstatt sich hinter dem Handicap zu verstecken, beweist er allen das Gegenteil. Lange hat er dafür gekämpt an den Start gehen zu dürfen. Im November war es endlich soweit. Das Rennen ist für jeden Profi-Segler eine Herausforderung. Das vordere Feld wurde von den foilenden Renn-Schiffen dominiert. 

    Damien ist gestern nach 80 Tagen - 21 Stunden - 58 Minuten und 20 Sekunden über die Zielline gefahren - als erster Skipper mit Handicap. Noch dazu war er schnellstes nicht-foilendes Schiff. Insgesamt belegt er Platz 6 in der Gesamtwertung. Eine grandiose Leistung, die in die Segel-Geschichte eingeht. 

    Marinepool ist stolz solch einen Ausnahme-Segler auszustatten und gratuliert Damien für diese sensationelle Leistung.

     

     

  6. Newrest - Art & Fenêtres a quitté Cape Town

    L'IMOCA Newrest - Art & Fenêtres a repris le large ce mardi 22 décembre au lever du soleil. Des conditions météo douces sont attendues pour la première partie du voyage le long des côtes africaines. L'équipage, composé de Sébastien Stéphant, team manager, Ludovic Aglaor et Laurent Mermod, se dirige vers les Canaries où Fabrice embarquera pour la deuxième partie du parcours dans l’hémisphère Nord, direction la Trinité-sur-Mer. « Un bref arrêt est prévu pour me permettre de reprendre le bateau et de finir le voyage dans le dur des dépressions de l’hiver », explique le skipper qui vient d’arriver en France pour retrouver sa famille et se remet doucement de ce Vendée Globe qui n’aura pas été à la hauteur de ses ambitions et de ses rêves.

    La navigation dans les dépressions hivernales et le golfe de Gascogne devrait permettre à Fabrice de renouer avec de bonnes sensations sur son bateau. « Quand on tombe de cheval, il faut vite remonter, explique-t-il. J’ai hâte de renaviguer pour tourner la page et me projeter sur la suite. Les futures compétitions mais aussi nos projets océanographique et pédagogique. Ce que j’ai vu cette année dans l’Atlantique Sud renforce ma détermination à œuvrer à mon humble échelle pour la préservation des océans. »

    Chaque jour durant le convoyage retour vers la France, l’équipage procèdera à des relevés scientifiques grâce aux deux capteurs océanographiques embarqués à bord de Newrest – Art & Fenêtres, avec le soutien d’Onet et Éléphant Bleu. « Nos capteurs et notamment notre capteur microplastiques, vont tourner 24 heures sur 24 durant ce mois de navigation. Ce retour le long de l’Afrique - la route de l’aller nous a fait passer côté Brésil et Argentine - intéresse beaucoup les scientifiques qui vont récolter des données sur une route peu fréquentée », explique Fabrice. Avant de conclure : « au final, cette grande boucle Atlantique nous aura permis de réaliser une radiographie complète de ce grand océan Atlantique ... en attendant les mers du Sud dans 4 ans ! »

  7. En France, le sport de la voile offshore a une grande importance. C'est pourquoi Marinepool et la France entretiennent une relation étroite depuis des décennies. Au cours des dernières années, nous avons vécu d´inombrables événements et liés de nombreux partenariats, dont certains sont devenus fidèles.


    La Côte d'Azur avec ses légendaires Régates Royales, est une destination incontournable dans le calendrier des événements de Marinepool. Cette régate traditionnelle se déroule à Cannes. Elle est organisée par le Yacht Club de Cannes avec lequel Marinepool entretient une amitié très étroite depuis de nombreuses années. Cette relation est si importante pour Marinepool que chaque année une collection Régates Royales est intégrée à la collection principale de la marque.


    Non seulement les Régates Royales, mais aussi les salons de superyachts comme le Festival de la Plaisance de Cannes, sont également des points d'ancrage pour Marinepool en France.
    Les plus grands et les plus prestigieux événements de voile offshore se déroulent également. Citons, entre autres, le Vendée Globe, une régate en solitaire autour du monde. Deux des meilleurs navigateurs participants - Fabrice Amadeo et Damien Seguin, relèvent ce défi en y participant et font pleinement confiance à Marinepool.


    Notre showroom Marinepool à Lorient est situé en Bretagne sur la côte Atlantique. C’ est une région idéale pour les vêtements de voile et le chic français.
    Marinepool offre la possibilité à ses clients de commander ses articles par internet.

    Alors venez découvrir les grandes collections de Marinepool sur sa boutique en ligne et en langue francaise.
    Nous vous souhaitons de bons achats!

  8. Fabrice Amadeo: Mon combat

    Je suis encore au chaud pour 24 heures dans l’anticyclone de Sainte-Hélène. Dernier bouclier protecteur avant la première dépression australe et le grand toboggan des mers du Sud. Et ce matin, j’ai peur. Ce n’est pas le trac de l’artiste avant de monter sur scène ou l’excitation du sportif avant la bagarre. C’est une peur profonde et animale. Toutes ces portes météo qui se sont fermées devant moi depuis trois semaines, la chance qui ne tourne toujours pas : mais que l’océan me réserve-t-il dans le Sud ?

    L’accident de Kevin. Les chocs avec des OFNI, ou avec du matériel de pêche pour Jérémie, Alex, Sébastien et Samantha. Nous sommes les témoins des conséquences de notre capitalisme ravageur et du péril de notre planète. Il y a de plus en plus de choses qui traînent dans l’eau et nous menacent. Et puis il y a ces OFNI que l’on ne nomme pas pour des raisons d’image : les cétacés. Ils adorent cette zone de rencontre du courant chaud des Aiguilles et du courant froid de l’Antarctique riche en plancton, sous l’Afrique du Sud. Nos bateaux lancés à pleine vitesse sont un danger pour eux. Ils sont une menace pour nous.

    De la terre, nous sommes vus un peu comme des héros des temps modernes. Pourtant nous ne sommes que des gens normaux avec nos peurs, nos angoisses, nos doutes et nos larmes. Des gens normaux habités par une passion extra-ordinaire. C’est au nom de cette passion et de cet amour pour l’océan que je poursuis ma route aujourd’hui. Et je me bats avec mes moyens d’homme normal pour conjurer mes angoisses et mes doutes.

    Fabrice
    Newrest – Art & Fenêtres

  9. Patience…

    « Garder le moral malgré ce début de course un peu cauchemardesque » … Joint à la vacation ce midi, Fabrice Amedeo s’accroche. « Je suis loin derrière avec un scénario météo plutôt défavorable. Il va falloir être patient. Il y a 4 ans, j’avais fait une belle descente de l’Atlantique, et j’étais passé en mode aventure dans le Grand Sud. Là je suis déjà en mode aventure donc c’est un peu difficile. Mais je me dis que j’ai une chance énorme d’être sur le Vendée Globe. C’est un grand privilège d’être libre sur l’eau et de vivre sa passion. Donc je fais le dos rond et j’attends que la chance tourne. »

    « Il va réduire l’écart, c’est une évidence. »

    Sur une route relativement directe, tribord amure, Newrest – Art & Fenêtres fait route au sud au près, au large du Portugal. « Les conditions sont relativement clémentes, maximum 20 nœuds de vent, mais la mer est formée » explique le skipper.

    Alors que la flotte est en train de contourner Thêta (29e dépression tropicale de l’année), Fabrice Amedeo évolue entre deux systèmes météo. « Normalement, son objectif dans les trois prochains jours va être de viser au plus près de Thêta pour faire le moins de route possible, explique Eric Péron, co-skipper sur la Transat Jacques Vabre et binôme de Fabrice jusqu’aux derniers instants avant le départ. « La dépression tropicale est encore bien active aujourd’hui mais le temps qu’il arrive sur zone, d’ici 2 jours, elle va s’amoindrir. Il y aura 20 nœuds de vent, avec des rafales à 30 nœuds, ce qui sera beaucoup plus maniable que les 40 à 60 nœuds de cette nuit. Les premiers bateaux sont passés très près du centre pour faire moins de route. Mais ils ne vont pas très vite parce qu’il y a trop de vent et trop de mer. Fabrice va pouvoir faire une route plus courte et en moyenne plus rapide. En principe, il devrait rattraper les 6 bateaux devant lui au niveau du pot au noir. Il va réduire l’écart, c’est une évidence. »

    « La limite des bateaux, c’est la mer. »

    Alex Thomson file en tête de flotte, tout schuss en direction du sud. Mais à ses trousses, les vieux bateaux à dérives de Jean Le Cam et Benjamin Dutreux font sensation. « Un bateau comme celui de Jean Le Cam va aussi vite qu’Hugo Boss parce qu’il est obligé de mettre le frein à main à cause de la mer – plus de 6 mètres de creux ! –, explique Eric. Quitte à aller doucement, il préfère faire moins de route, contrairement à Apivia qui fait une route plus longue mais plus rapide en exploitant le potentiel du bateau. Ça va créer des écarts latéraux à la sortie de la dépression : Hugo Boss à l’Est, Apivia à l’Ouest. Il est un peu tôt pour dire ce qui sera le mieux pour passer l’anticyclone et le pot au noir. »

    Les alizés mardi

    « Je ne vais pas tarder à renvoyer en bâbord pour aller chercher une bascule de vent. Il faudra ensuite négocier Thêta puis une zone de transition et de molle. Je vais atteindre les alizés mardi et c’est parti, tout droit vers le sud ! On verra à ce moment-là où j’en serai, se projette Fabrice. En attendant, « j’arrive à bien manger, bien dormir mais il y a des petites bidouilles à faire sur le bateau. L’ordinateur n°1 a planté, j’utilise déjà l’ordinateur n°2. Mais je ne désespère pas de trouver une solution. »

     

    © Pierre Bouras / Newrest - Art & Fenêtres

  10. Fabrice Amedeo acclamé pour son 2e départ du Vendée Globe

    A 22h15 pile, Newrest – Art & Fenêtres a quitté le ponton du Vendée Globe pour entamer la descente du chenal des Sables d’Olonne. Fabrice Amedeo et son équipe s’attendaient à un retour en course en toute discrétion mais c’était sans compter sur la ferveur des Sablais, venus l’acclamer en nombre le long des quais. Ils sont nombreux à avoir réserver leur heure de sortie autorisée pour faire de ce départ un moment exceptionnel. De quoi donner du baume au cœur au skipper qui a environ 450 milles à rattraper sur l’arrière de la flotte.

    « Un départ super, avec une bonne ambiance. Il y avait du monde des deux côtés du chenal, c’était vraiment super. J’étais très touché, ça me booste pour la suite ! Avec le Covid c’était dur le premier départ. On a besoin de l’énergie des gens pour partir autour du monde et là ça y est, je suis prêt ! Merci à tous !!

    Ça fait quelques minutes que je suis seul sur mon bateau, je me sens bien. J’ai 5 nœuds de vent, j’avance à 7 nœuds. Pour l’instant je fais route au sud et ça va vite refuser pour faire route vers l’ouest. Le vent va monter progressivement toute la nuit jusqu’à demain après-midi où il va être très fort. Il faudra faire le dos rond et ensuite, à moi l’autoroute de la liberté et le tour du monde ! »

Page